header

Loi de Finances 2017, moins d’argent et moins de personnel pour la santé

loi2017Ramed
 
Selon la loi de Finances 2017,  le budget réservé pour la santé est en baisse par rapport à 2016. Il n’est que de 14,11 Milliards de DH en 2017, alors qu’il était de 14,28 milliards DH en 2016.
 
Par ailleurs, pour l’année 2017, création de seulement 1.500 postes budgétaires pour la santé contre 2.000 en 2016. Tout en sachant que l’éducation Nationale et l’Intérieur ont respectivement 8.000 et 7.800 postes.
 
La défi majeur du budget de la santé de 2017 est de pouvoir fournir des services santé de qualité pour les 10 millions de Marocains en situation de pauvreté  ( à peu prés 4 millions de foyers  au Maroc), qui bénéficient du Ramed. Sachant, ce qui est une situation qui mérite une grande réflexion, que le Ramed bénéfice à 52% d'urbains et seulement   48% des ruraux. 

Dr Anwar CHERKAOUI

26 octobre 2016 : Congrès international de l'Imagerie médicale Journées Francophones de Radiologie

La radiologie est aujourd’hui le standard dans la surveillance de l’évolution des cancers sous traitement
 
Dr BOUMEHDI BOUNHIR 
Radiologue / Salé

DrBoumhdi 150 213Le personnel de radiologie est en général très sensible à la relation qui s'établit avec le patient, partageant ainsi les événements positifs ou négatifs de l'évolution de la maladie avec beaucoup d'empathie. Principales constatations lors des Journées Francophones de Radioogie, organisées dernièrement à Parsi. Par ailleurs, le suivi oncologique, notamment radiologique des patients atteints de cancers, le médecin radiologue, maillon essentiel dans la chaine du parcours oncologique et positionnement et pouvoir d’adaptabilité du médecin radiologue devant l’évolution incessante des armes thérapeutiques contre les cancers, sont quelques-unes des stations importantes de ce Congrès international de l'Imagerie médicale, qui a eu lieu à Paris du 14 au 17 octobre 2016. 
 
Lors de ce rendez-vous incontournable de toute la radiologie francophone, l’accent a été mis sur un thème qui occupe de plus en plus les radiologiques dans leur pratique quotidienne à savoir le suivi radiologiques de malades souffrant de cancers.
 
« Le patient oncologique bénéficie de progrès diagnostiques et thérapeutiques incessants, mais nécessite en conséquence un suivi toujours plus soutenu. Or l’imagerie est aujourd’hui le standard de la surveillance dans l’immense majorité des cas. Le patient est conscient du fait que des décisions et des informations pronostiques découlent de l’examen d’imagerie. Il est nécessaire de le prendre en compte et de répondre à ses attentes par une communication adaptée. C’est le rôle de toute l’équipe de radiologie. Pour le radiologue plus spécifiquement, il est impératif de suivre de près l’évolution très rapide des connaissances pour être un maillon-clé dans la chaîne du réseau de soin ». C’est l’une des déclarations fortes du Pr Yves Menu, président des JFR 2016.
 
JFR2016 597
 
En 2016, l'imagerie oncologique représente une part très significative, parfois même majoritaire de l'activité quotidienne en radiologie. Ce n'est pas étonnant car l'imagerie est un pilier essentiel pour le diagnostic, la caractérisation, le bilan d'extension, mais aussi, et de plus en plus, pour le suivi des traitements anti-cancéreux. Ceci a plusieurs conséquences sur la vie quotidienne des médecins radiologues. Tout d'abord il s'agit de patients qui vont venir plusieurs fois, et ce n'est pas anodin. Avec les progrès thérapeutiques, le nombre de contrôles augmente proportionnellement. Le patient devient un familier de la structure, voire même un "habitué". Il apprécie bien entendu d'être connu et reconnu. D'ailleurs, le personnel de radiologie est en général très sensible à la relation qui s'établit avec le patient, partageant ainsi les événements positifs ou négatifs de l'évolution de la maladie avec beaucoup d'empathie.
 
Dans le même temps, les traitements évoluent très vite. Après la période de la chimiothérapie cytotoxique, les thérapeutiques ciblées sont apparues et ont profondément modifié les méthodes d'évaluation. Aujourd'hui nous découvrons une autre révolution, celle de l'immunothérapie, qui oblige les radiologues à reconsidérer les moyens d'évaluation et en pratique à changer profondément leur façon d'évaluer le suivi des tumeurs.

Ainsi le radiologue doit maintenant mieux connaître la nature des traitements et leurs indications, identifier les drogues, en connaître le mécanisme d'action, les complications, et les spécificités pour en évaluer la réponse thérapeutique.
 
Les JFR 2016, ont été une occasion pour les radiologues d’acquérir de nouvelles armes pour relever les nouveaux défis. Il y a le « parcours oncologique » car il s'agit pour le radiologue de cheminer à travers le spectre des diverses tumeurs qui posent chacune des problèmes spécifiques. Il a été également fais référence au parcours du patient, pour un examen, depuis son arrivée dans le service de radiologie jusqu’à la transmission du compte rendu.

20 octobre 2016 : Marrakech, le secteur médical libéral s'enrichit d'une d'une nouvelle structure hospitalière

saham-logoUn établissement de santé d’envergure a ouvert ses portes à Marrakech durant ce mois d’octobre 2016 : l’Hôpital Privé de Marrakech (HPM).


Conçu selon les normes sanitaires internationales, HPM répond aux exigences les plus strictes en matière de qualité et d’innovation, et vise à offrir une prestation médicale humaine et accessible à tous.  Doté d’une capacité de 171 lits, l’établissement propose plus de 20 spécialités médicales, permettant d’assurer la continuité des soins, à travers une prise en charge globale et intégrée du patient. HPM est doté d’un plateau technique de tout 1er ordre (bloc opératoire de 10 salles, secteur complet d’accueil des urgences, centre d’imagerie de pointe…).

Lire la suite

Suivez-nous sur Facebook

Sante21.ma

La Santé au 21ème sciecle

L'actualité médicale et pharmaceutique au maroc.

Nos partenaires