header

21 juillet 2016 : L’Amp fait du Bénin une référence africaine en logistique de vaccination

logistique de vaccinationAvec son bureau local à Cotonou à quelques pas du Collège Père Aupiais, l’Agence de Médecine préventive mène d’importantes actions  pour l’accès des populations à des vaccins de qualité au Bénin. Un travail colossal que l’agence présente aux médias nationaux et internationaux dont La Nouvelle Tribune, depuis ce mardi 05 juin 2016.

Le Bénin fait partie des Etats africains ou le système de vaccination est en voie d’amélioration. Ceci est le fruit d’une collaboration entre le ministère béninois de la santé et certains partenaires dont l’Agence de médecine préventive (Amp).

Une association basée à Paris ayant des bureaux locaux dans une soixantaine de pays dont ceux de l’Afrique francophone. Selon Dr Hamed Idrissa Traoré Directeur de l’Amp-Bénin, cette agence a à son actif « plus de 40 ans d’engagement dans la médecine préventive et la santé publique ». Comme dans la plupart des pays d’Afrique francophone, informe-t-il, l’Amp a formé de nombreux cadres du ministère de la santé et contribué à des renforcements de capacité au Bénin. Entre autres, apprend Dr Idrissa Traoré, l’Amp appuie le volet Vaccination et santé publique. Concernant la vaccination, l’Amp s’illustre au Bénin avec un domaine de professionnels indispensables, la logistique de santé et la logistique de vaccination à travers Logivac, un projet qu’elle et l’Oms, ont conjointement mené d’avril 2011 à juillet 2015, avec une généreuse subvention de la Bill and Melinda Gates Foundation. Ce projet qui se poursuit en raison de ses résultats est devenu Logivac+.

De Logivac à Logivac+

Avec pour la zone sanitaire de Comè comme zone d’expérimentation dans le  sud-ouest Bénin, Logivac a permis  la création d’un centre régional de référence et de ressource en logistique de santé, le Centre Logivac-Bénin basé à l’Institut régional de santé publique (Irsp) de Ouidah. Ce centre est dédié au renforcement des capacités des logisticiens et la diffusion des bonnes pratiques professionnelles.  Le projet a aussi développé et mis en œuvre des approches innovantes afin d’améliorer les performances de la chaîne d’approvisionnement du Bénin qui s’avérait « peu fiable » et constitue un défi majeur selon Dr Idrissa Traoré. Pour qui ne le sait pas, pharmacien de formation, il explique que l’approvisionnement à leur administration aux populations, les vaccins doivent être conservés dans une température de « 2 à 8°C ». Logivac devenu Logivac+ avec extension à plusieurs autres zones  sanitaires, a donc permis de mettre en place un système logistique optimisé (Slo) avec toute une panoplie d’équipements et de compétences techniques. De 2012 à 2014, il y a eu selon Antoine Volet, Gestionnaire de projet Logivac+, un réaménagement du système de vaccination avec la mise à disposition d’équipements de la chaîne du froid solaire adaptée, la réhabilitation des magasins de stockage, la mise en service d’entrepôts mobiles adaptés, formation de logisticiens,  des appuis techniques aux niveaux central et périphériques.  Quelques statistiques d’évaluation du projet en 2014, montrent le niveau de conservation des vaccins  à des températures normales est passé de 60% en 2012 à 80%, la capacité de stockage s’est  améliorée passant de 50 à 85%. Pareil pour la qualité des bâtiments et équipements de transports.  Des résultats dont l’écho  dans la sous-région amène les autorités à envoyer des agents se faire former au Bénin.

http://www.lanouvelletribune.info


Suivez-nous sur Facebook

Nos partenaires

Sante21.ma

La Santé au 21ème sciecle

L'actualité médicale et pharmaceutique au maroc.