header

Médecine contre Guerre et Terrorisme

Confrontations scientifiques entre chirurgiens marocains et français
Dr Anwar CHERKAOUI
 
Afflux massifs de victimes des attentats, plan de secours extra et intra hospitalier face à une catastrophe, prise en charge pré hospitalière des brûlés en nombre, retour d’expérience des attentats de Bruxelles et des attaques terroristes de Casablanca ainsi que dans d’autres parties du monde, notamment l’attentat terroriste lors du Marathon de Boston, sont quelques unes des principales thématiques développées lors  du 3ème symposium de chirurgie de guerre et de catastrophe, organisé à Rabat, les 8, 9 et 10 février 2018. de cette 3ème rencontre de formation continue sur la chirurgie de guerre et de catastrophe.
 
Des experts internationaux et marocains, ont passé en revue, les attaques et attenants subis par la population à travers le monde depuis 2015. Car, nombreux sont les pays qui ont été dramatiquement touchés par ce mal destructeur du 21ème siècle. La Belgique, la France, les USA, le Mali, le Burkina, la Côte d’Ivoire et autres...
 
DSC 591922022018 003
 
C’est au groupe de travail Marocain du comité international de Médecine Militaire dont les chefs de fil sont les services des brûlés et de chirurgie plastique ainsi que le service de stomatologie et de chirurgie Maxillo-faciale de l’hôpital Militaire d’Instruction Mohammed V, à qui revient le mérite de l’organisation de ce 3ème symposium de chirurgie de guerre et de catastrophe.
 
Lors d’attaques terroristes ou de catastrophes, les secouristes, les soignants et les non soignants affrontent des situations de crise extrêmes.
Et afin de renforcer la prise en charge de personnes lourdement blessées, les équipes de secours et médicales doivent être prêtes, le matériel médical nécessaire doit être disponible, les circuits d’orientation et de réorientation des victimes doivent être maîtrisés.
 
C’est à ces diverses situations qu’a essayé de répondre le 3ème symposium sur la chirurgie de guerre et de catastrophes. Car, il faut savoir que lors de conflits, d’attaques, d’attentats et de catastrophe, l’afflux de victimes dans les établissements de soins peut vite générer une crise sanitaire sans précédent.
 
DSC 596022022018002
 
Pour sauver le plus grand nombre de vies en un minimum de temps, il faut s’y préparer efficacement. Donc le symposium organisés par les services spécialisés de l’hôpital Militaire d’Instruction Mohammed V, a été une occasion pour faire un état des lieux des avancées actuelles de l’organisation des secours juste après un événement dramatique comme un attentat ou un grave accident où le nombre de blessés est important et la prise en charge médicale et chirurgicale par les établissements de santé et du personnel est très complexe.
 
Ce symposium a constitué véritablement un espace d’échanges et d’expériences entre des chirurgiens français et marocains. Et il faut espérer qu’à partir du Maroc, cette formation sur la chirurgie de guerre et de catastrophes pourra également bénéficier à l’ensemble des pays d’Afrique de l’Ouest, comme le Mali, le Burkina ou la Côte d’Ivoire qui sont fortement touchés par les actes terroristes.
 
 
Lors de ce 3ème symposium sur la chirurgie de guerre et de catastrophe, Pr Errougani Abdelkader, Directeur Général du CHU de Rabat et Professeur de chirurgie à la Faculté de Médecine de Rabat a appelé à la nécessite de mettre en place un programme de simulation médicale civile en s’appuyant sur l’expertise militaire et de l’inclure dans le cursus de formation, afin de prendre en charge les blesses dans les meilleurs conditions possibles. Cela constituera un véritable jalon pour renforcer la  coopération entre médecine civile et médecine militaire.

Mots-clés: CHU Ibn Sina de Rabat , Formation continue, Symposium International


Suivez-nous sur Facebook

Nos partenaires

Sante21.ma

La Santé au 21ème sciecle

L'actualité médicale et pharmaceutique au maroc.